Le label Bas Carbone : un outil incitatif pour des projets innovants

CDC Biodiversité participe à la conférence de présentation du label bas carbone auprès des acteurs de la lutte contre le changement climatique.

De gauche à droite : Benoît Leguet, directeur d’I4CE ; Marie-Thérèse Bonneau, responsable professionnel de la Fédération Nationale de la Production Laitière ; Antoine d’Amecourt, président de Fransylva et du CNPF ; Sébastien Soleille, responsable transition énergétique et environnement de BNP Paribas ; Philippe Dorge, directeur général adjoint en charge de la branche Services Courrier et Colis du Groupe La Poste ; Georgina Grenon, directrice Excellence Environnemental, Paris 2024 ; et Thanh-Tâm Lê, directeur général de Climate-KIC SAS

CDC Biodiversité travaille actuellement avec I4CE, le CNPF et d’autres acteurs, impliqués dans la mise en place du label bas carbone, sur les possibles convergences entre le label et le programme Nature 2050.

C’est dans ce contexte que CDC Biodiversité a participé, ce mardi 23 avril 2019, à la conférence de lancement du label bas carbone au Ministère de la transition écologique et solidaire, en présence de François de Rugy, Ministre de la Transition écologique et solidaire, et de Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du Ministre de la Transition écologique et solidaire.

Le label bas carbone, mis en place conjointement par I4CE et le ministère de la Transition écologique et solidaire, vise à appuyer la mise en œuvre des politiques publiques climatiques en développement un cadre méthodologique de compensation carbone volontaire.

Brune Poirson a rappelé dans son discours d’ouverture que le label doit prendre en compte la biodiversité et que les projets labellisés bas carbone ne devaient pas avoir d’impact négatif sur celle-ci. La biodiversité est listée comme « co-bénéfice » des projets labellisés mais ne représente cependant pas un critère d’éligibilité obligatoire au label.

François de Rugy, Ministre de la Transition écologique et solidaire
François de Rugy, Ministre de la Transition écologique et solidaire
: Brune Poirson, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire

A travers son programme Nature 2050, CDC Biodiversité encourage la prise en compte conjointe du climat et de la biodiversité qui sont en interaction étroite et permanente et donc indissociables.

De nombreux partenaires du programme Nature 2050 étaient présents pour l’évènement comme Nicholas Vantreese, directeur RSE de La Banque Postale, et Philippe Dorge, directeur général adjoint, en charge de la Branche Services Courrier et Colis du Groupe La Poste. Tous deux ont rappelé la volonté du Groupe de soutenir des projets en France. Olivier Wigniolle, directeur général d’ICADE, entreprise contributrice à Nature 2050, a lui rappelé l’importance de l’implication des entreprises dans des initiatives environnementales et l’ambition d’ICADE sur ces enjeux au cœur même de ses activités.

A ce jour, trois méthodes d’application du label bas carbone sont disponibles : boisement, balivage et reconstitution de peuplement forestiers dégradés. D’autres méthodologies devraient voir le jour pour le secteur agricole. De nombreux intervenants ont également rappelé l’importance de développer une méthodologie pour l’agroforesterie, domaine d’actions fortement porté par Nature 2050 qui soutient 12 projets agroforestiers à ce jour et devrait sélectionner 5 nouveaux projets agroforestiers au mois de Juin.

Cet évènement a donc participé a souligné l’importance de pouvoir appliquer ces enjeux climatiques à des domaines comme l’agroforesterie mais à bien d’autres aussi. Le label bas carbone permettra ainsi de valoriser encore d’avantage les projets soutenus par Nature 2050