CDC Biodiversité au salon Produrable les 9 et 10 avril : des échanges positifs et encourageants pour la biodiversité

Le salon Produrable 2019 au Palais des Congrès de Paris les 9 et 10 avril a été riche en ateliers, conférences et tables rondes auxquels CDC Biodiversité a pris part. Retour sur ces échanges fructueux concernant la biodiversité entre autres problématiques durables.

Lors de la table ronde BPI « entreprise et biodiversité », à la tribune de gauche à droite : Catherine de Roincé, fondatrice et présidente Terroïko, Christophe Aubel, directeur de l’AFB, Rebecca Briot directrice adjointe Dervenn, Antoine Cadi, directeur recherche et innovation CDC Biodiversité et Hasna Berkia Guiez, directrice développement durable et qualité Barjane, et le public nombreux. ©CDC Biodiversité

Le salon Produrable a rappelé cette année le lien étroit qui existe entre l’économie et la biodiversité, notamment via les services gratuits fournis par les écosystèmes (eau, sol fertile, pollinisation…). Face à l’érosion de la biodiversité, quelques mots clés sont ressortis des échanges lors de la table ronde « Entreprise et biodiversité » organisée par la BPI mercredi 10 avril et qui réunissait parmi les intervenants Christophe Aubel, directeur de l’AFB et Antoine Cadi, directeur recherche et innovation de CDC Biodiversité.

Il est ressorti de ce débat l’importance primordiale pour les entreprises d’anticiper l’évolution des business mais aussi de construire une véritable stratégie porteuse d’une ambition forte et d’un réel parti pris en faveur de la biodiversité. Les entrepreneurs ont également intérêt pour eux mais aussi leurs clients de s’entourer d’autres acteurs de la société, comme des ONG et des experts pour enrichir leurs réflexions et agir en conséquence. Rebecca Briot directrice adjointe Dervenn, Catherine de Roincé, fondatrice et présidente Terroïko et Hasna Berkia Guiez, directrice développement durable et qualité Barjane ont apporté leurs retours d’expérience et leurs expertises sur cet enjeu de la prise en compte et la mise en place de mesures en faveur de la biodiversité dans les entreprises.

Label bas carbone

La veille lors d’un atelier, Laure Mandaron, directrice Développement durable du Groupe La Poste, a présenté la volonté pour cette institution de renforcer ses actions en faveur du climat et de la biodiversité à l’échelle nationale, dans le cadre du lancement du label bas carbone en France. Laure Mandaron intervenait à ce sujet aux côtés de Julia Grimault, cheffe de projet des territoires chez I4CE, et Olivier Gleizes, ingénieur forestier développement et innovation au CNPF, qui ont annoncé que la mise en œuvre du label bas carbone sera présentée en détails lors de la conférence « Label bas carbone : un outil de récompense des projets innovants » qui se tiendra le 23 avril prochain au Ministère de la Transition écologique et solidaire. CDC Biodiversité mène avec ces trois acteurs un travail de réflexion sur le lien entre les enjeux carbone et ceux de préservation et de restauration de la biodiversité au sein du programme Nature 2050.

« Comment compter avec le vivant ? »

C’était le thème d’un séminaire mardi 9 avril dans le cadre de BioRESP auquel Théo Mouton, chargé des publications de la Mission économie de la biodiversité a assisté. Organisé en deux tables rondes, le séminaire avait pour objectif d’alimenter les échanges autour d’une comptabilité réflexive, intégrant les enjeux humains et environnementaux dans les comptes des organisations.

Alexandre Rambaud, fondateur de la chaire Comptabilité écologique à AgroParisTech est intervenu lors de l’échange sur « Comment faire évoluer nos cadres comptables actuels ? de la vision extra-financière à la mutation comptable ». Par son rôle-clé dans la définition de la valeur et des actions de l’entreprise, la comptabilité est en effet un outil stratégique à la prise en compte de l’environnement dans l’entreprise, et pose ainsi la question de la structuration de l’information et des représentations. C’est une problématique dans laquelle CDC Biodiversité s’investit déjà à travers son implication dans la chaire Comptabilité écologique d’AgroParisTech.

Lors de l’atelier « Label bas carbone et Reforest’local » Laure Mandaron, directrice Développement durable du Groupe La Poste présente les actions en faveur du climat et de la biodiversité dans le cadre du lancement du label bas carbone en France. ©CDC Biodiversité
Lors de l’atelier « Label bas carbone et Reforest’local » Laure Mandaron, directrice Développement durable du Groupe La Poste présente les actions en faveur du climat et de la biodiversité dans le cadre du lancement du label bas carbone en France. ©CDC Biodiversité
Lors du séminaire « comment compter avec le vivant ? » de gauche à droite : Jean-Paul Karsenty, Forum BioRESP pour l’animation, Alexandre Rambaud, fondateur de la chaire Comptabilité écologique à AgroParisTech, Max de Chanterac, Groupe l’Oréal et Hervé Gbego, Compta Durable. ©CDC Biodiversité
Lors du séminaire « comment compter avec le vivant ? » de gauche à droite : Jean-Paul Karsenty, Forum BioRESP pour l’animation, Alexandre Rambaud, fondateur de la chaire Comptabilité écologique à AgroParisTech, Max de Chanterac, Groupe l’Oréal et Hervé Gbego, Compta Durable. ©CDC Biodiversité