Nature2050 contribuera au financement de la restauration de la réserve naturelle de la baie de l’Aiguillon

Alors que la baie de l’Aiguillon, classée réserve naturelle nationale, accueille plus de 98 000 oiseaux migrateurs, de nombreuses menaces pèsent sur ce milieu exceptionnel : sédimentation des vasières, effet du changement climatique sur les zones côtières… Pour faire face à cette situation, CDC Biodiversité a signé une convention de partenariat avec la Ligue de Protection des Oiseaux, opérateur de la réserve naturelle, pour restaurer des habitats favorables à l‘avifaune migratrice. La sauvegarde des oiseaux migrateurs de la baie de l’Aiguillon est le deuxième projet territorial porté par le programme Nature 2050, dont l’originalité est de mobiliser des financements additionnels volontaires d’entreprises privées et publiques engagées pour l’adaptation de leurs territoires aux changements climatiques. Nature 2050 contribuera ainsi au programme d’actions porté par le Parc naturel régional du Marais poitevin, qui fait l’objet d’un financement européen « Life » depuis 2016.

« Restaurer les habitats migratoires permet d’accroitre la résilience des écosystèmes et de favoriser leur adaptabilité au changement climatique » précise Laurent Piermont, Président de CDC Biodiversité.

La baie de l’Aiguillon, un espace menacé.

La baie de l’Aiguillon représente la façade maritime du Marais poitevin ; elle constitue un vaste ensemble naturel composé de nombreux habitats remarquables et accueillant une biodiversité exceptionnelle. Depuis plusieurs années, un grand nombre de concessions d’ostréiculture ont été abandonnées dans la baie, engendrant des gisements sauvages d’huîtres. Ces amas d’huîtres, les crassats, contribuent à la sédimentation de la baie et à la réduction de la surface des vasières, qui constituent l’habitat permettant le maintien de la voie migratoire des oiseaux qui s’y alimentent.

Un partenariat de long terme jusqu’en 2050.

Le parc naturel régional du Marais poitevin, les gestionnaires de la réserve, l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage et la Ligue de Protection des Oiseaux, bénéficient d’un financement européen d’une durée de 5 ans (2016 à 2020) : le programme Life « Baie de l’Aiguillon ». Dans le cadre de Nature 2050, CDC Biodiversité contribuera à ce programme d’actions par un financement additionnel jusqu’en 2050. L’action financée par CDC Biodiversité consistera à la destruction des crassats à titre expérimental, sur une surface de 144 hectares, afin de restaurer les habitats naturels (les vasières) et d’accroître les surfaces d’accueil des oiseaux dans une zone qui se situe sur leur trajet migratoire.