Restauration écologique de l’écosystème côtier de la Baie de l’Aiguillon

La Réserve Naturelle de la Baie de l’Aiguillon, espace naturel remarquable situé à la frontière entre la Vendée et la Charente maritime, est un lieu de passage et d’hivernage essentiel pour l’avifaune migratrice. Aujourd’hui menacé par la sédimentation de ses vasières, cet écosystème fait l’objet d’un vaste projet de restauration en partie financé par le programme Nature 2050.

Située à l’embouchure de la Sèvre Niortaise, la Baie de l’Aiguillon est constituée de deux milieux naturels principaux : les vasières et les prés salés. A l’interface entre terre et mer, entre eau douce et eau salée, les estuaires sont des milieux exceptionnels. Les vasières hébergent une très grande quantité de mollusques et de vers qui servent de nourriture aux limicoles et à certains canards.Ainsi, sur la grande voie de migration Est-Atlantique, la Baie de l’Aiguillon est l’un des tous premiers sites d’hivernage des oiseaux d’eau en France : on y compte en janvier 40 à 55 000 échassiers et 25 à 40 000 oies et canards.

Avocette élégante

Pourtant, l’équilibre écologique de cet espace remarquable est menacé. En effet, les concessions conchylicoles qui occupaient jadis la baie ont été peu à peu abandonnées, laissant s’installer des amas d’huîtres sauvages appelés crassats. Ceux-ci réduisent peu à peu la surface des vasières et contribuent à leur sédimentation, menacent ainsi la pérennité de cet habitat et des ressources alimentaires qu’il offre aux oiseaux. C’est dans ce contexte que le projet de restauration de la Baie de l’Aiguillon a vu le jour.

 

Consulter la publication : « La baie de l’Aiguillon, un site d’intérêt pour les oiseaux d’eau »

 

Amas d’huîtres japonaises (crassats) envahissant les vasières (Source : Life Baie de l’Aiguillon)

Retour vers la page des actualités