Journée mondiale des océans : dernières actions de restauration des petits fonds côtiers de CasCioMar

La thématique de la journée mondiale des océans 2020 porte sur « L’innovation au service d’un océan durable ». Elle fait ainsi écho à la priorité des années 2021-2031 fixée par les Nations Unies : les sciences océaniques pour le développement durable. Le projet CasCioMar du programme Nature 2050 s’inscrit dans ces ambitions avec notamment la récente mise en place de biohuts dans les ports, afin de restaurer les petits fonds côtiers de la baie de Cassis, La Ciotat et Marseille.

Les biohuts installés sur la digue du Grand Port Maritime de Marseille ©Ecocéan

Les biohuts installés sur la digue du Grand Port Maritime de Marseille ©Ecocéan

L’équipe en charge de la mise en œuvre de CasCiomar, pilotée par Ecocéan, a installé depuis le mois de février 13 nouvelles biohuts dans le Grand Port Maritime de Marseille à trois endroits différents :

  • 7 biohuts sous les pontons en face de la nurserie de poissons ;
  • 3 biohuts sur les digues, composés uniquement d’acier ;
  • 3 biohuts au niveau des quais.

L’objectif est de rétablir le cycle de vie des poissons marins côtiers. Les biohuts permettent de recréer un micro-habitat assurant la protection des juvéniles face aux pressions anthropiques et aux prédateurs dans les petits fonds côtiers et notamment au sein des infrastructures portuaires.

Composés de bois, d’acier et de coquilles d’huîtres, ces biohuts procurent à la fois un habitat sécurisé et un moyen d’alimentation pour ces poissons. Ils permettent de recréer la fonction de nurseries côtières disparues, afin que ces espèces puissent atteindre une maturité suffisante pour garantir une meilleure résistance face aux prédateurs mais également accroitre la colonisation des milieux.

Prochainement et d’ici le Congrès mondial de la Nature de l’UICN à Marseille en janvier 2021, 6 biohuts sur les digues, composés de bois et d’acier et 3 biohuts au niveau des quais seront encore installés.

Le littoral de Marseille, Cassis et la Ciotat, dans les Bouches-du-Rhône conjugue zones urbaines et espaces naturels remarquables.

Cet espace exceptionnel demeure vulnérable face à l’artificialisation des côtes et des effets du changement climatique, entraînant une baisse significative des réserves halieutiques et un appauvrissement de la biodiversité marine. Il est davantage exposé aux activités humaines et les jeunes poissons présents dans ces eaux peu profondes sont confrontés à une absence d’habitats naturels. Dans ce contexte, le projet CasCioMar mobilise des techniques de génie écologique, en faveur de la restauration d’habitats.

Ce projet s’inscrit dans les actions du programme Nature 2050 en faveur de la protection et restauration des écosystèmes marins et côtiers dans un contexte de changement climatique. Autre projet phare du programme : la restauration des vasières de la Baie de l’Aiguillon dans le Parc naturel régional du Marais-Poitevin, en partenariat avec la LPO.

Les biohuts le long d’un ponton du Grand Port Maritime de Marseille © Ecocéan

Les biohuts le long d’un ponton du Grand Port Maritime de Marseille © Ecocéan

Les biohuts installés au niveau d’un quai du Grand Port Maritime de Marseille © Ecocéan

Les biohuts installés au niveau d’un quai du Grand Port Maritime de Marseille © Ecocéan