Label bas-carbone : quels enjeux pour les projets de restauration des écosystèmes côtiers ?

L’équipe de Nature 2050 était invitée à l’évènement de présentation des enjeux de protection et de restauration des écosystèmes côtiers. Organisé par EcoAct et ses partenaires jeudi 27 février à Paris, à l’occasion du lancement en 2020 du projet GROVE-FIT (ManGROVE protection and preservation in French Insular Territories).

Intervention de Patricia Ricard, présidente de l’Institut océanographique Paul Ricard aux côtés d’Alain Brondeau, Délégué Outre-mer Conservatoire du Littoral et d’Emilie Alberola, Directrice Recherche et Innovation EcoAct, lors de la table ronde « Comment la valorisation du carbone séquestré et le projet GROVE-FIT permettent-ils de répondre aux différentes problématiques ? » à Paris ©EcoAct

Le programme Nature 2050 de CDC Biodiversité partage des ambitions qui se retrouvent dans le Label bas-carbone, initiative lancée en avril 2019, par le Ministère de la transition écologique et solidaire : soutenir financièrement des projets participant à l’atténuation du changement climatique par le stockage du carbone.

Écosystèmes côtiers : protection et restauration

Le 27 février 2020, EcoAct, en partenariat avec I4CE – Institut de l’Économie pour le Climat, ainsi que l’EIT Climate-KIC, lançait le projet GROVE-FIT. L’accent était mis sur les écosystèmes côtiers qui présentent, à travers les sédiments océaniques ou les mangroves par exemple, un potentiel très intéressant de stockage sur le long terme, bien supérieur au stockage que l’on connait sur le milieu terrestre, comme l’explique Justine Delangue, Chargée de mission au comité français de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

La France : deuxième pays de l’UE en matière de superficie de mangroves

Ce « Carbone Bleu » est en passe de devenir un nouveau marché pour le Label bas-carbone, permettant aux entreprises qui souhaitent compenser leurs émissions de CO2 de financer des futurs projets labellisés par le label du Ministère de la Transition écologique et solidaire.

Dans ce cadre, le projet GROV-FIT vise à développer en 2020 une méthodologie de calcul du potentiel de séquestration des mangroves qui sera présentée au Ministère pour validation. Les mangroves occupent près de 90 000 hectares en France.

Les équipes du programme Nature 2050 valorisent ce travail dans le cadre des projets de restauration des écosystèmes marins et côtiers actuellement soutenus et qui ont vocation à émerger dans les prochaines années.