Une plantation d’arbres mobilise professionnels et enfants sur le domaine de Fosse-Sèche

1000 arbres ont été plantés au Domaine de Fosse-Sèche, dans le sud Saumurois le 9 janvier 2019. Autour du botaniste Francis Hallé, des professionnels, des jeunes étudiants et des enfants des écoles locales se sont mobilisés pour ce projet d’agroforesterie soutenu par Nature 2050.

Adrien et Guillaume Pire, deux frères viticulteurs du Château de Fosse-Sèche ont décidé de dédier une partie de leurs terres à la préservation de la biodiversité. C’est dans ce cadre qu’ils ont participé au Concours Arbres d’Avenir initié par AccorHotels et ont remporté le prix « Nature 2050 » en 2017.

Leur projet vise à créer des continuités écologiques à l’intérieur du domaine entre les aménagements arborés existants, les jachères mellifères et la zone humide. Avec le soutien des contributeurs au programme Nature 2050, et accompagné par Stéphane Sachet, doctorant en sociologie, ils cherchent à accélérer le retour dans leurs vignes des prédateurs des insectes non souhaités (parasites etc.), et, dans une approche expérimentale, permettre à terme l’accélération des courants d’air entre les hautes tiges afin de favoriser un meilleur séchage des vignes après les pluies. Pour se faire, 2056 plants d’essences variées et adaptées au changement climatique ont été plantés.

La seconde et dernière phase de plantation a eu lieu sous le soleil hivernal le 9 janvier. Professionnels, académiques, jeunes élèves, lycéens et agriculteurs ont enfilés leurs bottes pour planter les 1000 derniers arbres. Francis Hallé, botaniste émérite, spécialiste de la forêt tropicale et ancien Professeur à l’Université de Montpellier, s’est lui aussi déplacé afin de suivre le chantier et donner une conférence aux élèves en horticulture du Campus de Pouillé, suivie de nombreuses questions à l’expert. Afin de sensibiliser les plus jeunes à la biodiversité, une classe de maternelle a également participé au chantier. Jeunes et grands ont travaillé main dans la main afin de créer ces zones arborées, refuges pour de nouvelles niches écologiques.

Des représentants de CDC Biodiversité, de la LPO Anjou-Saumur, ainsi que des experts en agroforesterie étaient également présents afin de coordonner le chantier de plantation et d’échanger sur l’importance des enjeux que présentent l’agroforesterie pour la biodiversité et l’adaptation des territoires au changement climatique.